Mobilisation citoyenne face aux poulaillers industriels.

Suivez ce collectif !
Photo par L214 – Éthique & Animaux.

Rassemblements face à l’ouverture de deux poulaillers : bientôt 120 000 poulets de chair à Langoëlan.

Comment faire connaître son mécontentement face à ce projet ?

Voici les 6 conseils pour une action de lobbying efficace :

Pour plus de détails, nous vous invitons à suivre nos conseils pour un lobbying efficace avant de vous lancer dans la rédaction de votre message.

Enjeux :

Voici le projet démesuré dont il est question : Deux bâtiments de 2200 m² chacun vont sortir de terre dans cette petite commune de 450 habitants. La culture de 120 000 poulets simultanément y sera réalisée, et un nouveau cycle de 120 000 recommence chaque 45ème jour pour atteindre le million de bêtes en une année. Mais le site de Langoëlan n’est que le premier d’une centaine de ces poulaillers qui ont été planifiés par l’État la Région Bretagne dans le Plan Filière Volaille, à hauteur de 2,7 Milliards d’Euros.

Cela va sans dire, les animaux en question n’ont pas l’espace nécessaire à leur croissance, ni leur bien être. Les précédents ne manquent pas, les sources non plus. Les poulets ont été sélectionnés en amont pour leur propension à augmenter leur masse de chair plutôt que leur masse osseuse, ce qui résulte sur un squelette trop faible pour supporter leur poids. En effet, après seulement 45 jours entassés dans cet environnement clos, à raison de 16/m², ils seront ramassés à la moissonneuse et gavés une nouvelle fois avant l’abattoir afin d’augmenter leur poids, et donc le prix par tête.
Soyons radicaux, ne poussons pas simplement ce poulailler à changer de lieu d’implantation. Faisons en sorte que le modèle de production avicole ne soit plus insoutenable, et rendons à notre modèle de production alimentaire un peu de noblesse, qu’il soit visible et acceptable par toute.s.

La capacité de ce nouvel outil de production avoisine le million de bêtes par an, et ne crée pas d’emploi. Le secteur de la volaille française est de l’ordre de 800 millions de poules par année et est importateur et exportateur en raison des accords commerciaux internationaux. Le projet reçoit des subventions de la Région Bretagne, de l’État, et de l’Union Européenne dans le cadre de la Politique Agricole Commune, laquelle est ouverte aux débats citoyens depuis Le 23 février et ce jusqu’au 1er Mai 2020, pour la période 2021-2027.

Par ailleurs, la MRAE (Mission Régionale d’Autorité Environnementale) indique bien dans son rapport que ne sont spécifiées : ni la provenance des volailles, ni celle de leur nourriture, ni les plans de gestion des jus de compost, ni les risques liées à la pollution de l’eau et des sols par leur écoulement en milieu naturel, ni le devenir des eaux usées, ni l’évaluation des risques environnementaux liés au forage d’un puits, ni la mention dans l’étude d’impact des rejets dans l’air de quelques 5,7 tonnes d’ammoniaque par an. De manière générale, la MRAE souligne une confusion des enjeux relatifs au projet, et un panel de choix de gestion sont évoqués sans se rapporter à une problématique environnementale explicite. Il semblerait à la lecture de ce rapport que les préoccupations environnementales ne soient pas opérationnelles mais bien superficielles, et n’ayant pas fait l’objet de l’étude d’impact, la justification des mesures associées ne permet pas du tout de répondre aux enjeux.

De plus, le site du projet se situe à 40 mètres d’une zone classée Natura2000, en face d’une ferme en agriculture biologique qui ne le resterait pas longtemps en raison de la retombée des émissions d’ammoniaque. Il semblerait également que le poids du bétail au mètre carré soit supérieur à celui de la règlementation après dérogation. Les bâtiments atteindraient 8m de hauteur et pourraient défigurer le paysage de Langoëlan, et le forage en amont du Scorf risque de dérégler considérablement l’écosystème environnant.

Mais encore, nous pouvons insister sur les dérogations ayant facilité les choses pour l’implantation de ce projet : le premier d’une série bien plus vaste constituant le Plan Filière Avicole Bretagne, à trouver en téléchargement à cette adresse. Voici ci-dessous un tableau issu du recueil des actes administratifs n°524, qui contient le budget accordé pour les 17 prochains projets du même acabit. A l’heure de l’urgence écologique, à l’heure à laquelle les scientifiques appellent à la rébellion, il est aussi l’heure de refuser ce modèle agricole.

NOM DU BÉNÉFICIAIREMONTANT PROPOSÉ
DU MURETAIS
56430 NEANT SUR YVEL
70 000 €
EARL AVI’OUST
22320 ST MARTIN DES PRES
50 000 €
EARL BRANELLEC
29400 PLOUNEVENTER
50 000 €
EARL DE LA BRANCHE
35460 LES PORTES DU COGLAIS
50 000 €
EARL DE LESCONDE
22540 LOUARGAT
50 000 €
EARL DE ROZ HUEL
29590 ROSNOEN
50 000 €
EARL DE SAINT YVES
56320 PRIZIAC
50 000 €
EARL KERNANOUET
22800 ST GILDAS
50 000 €
EARL MOUCHOUX
35630 LA CHAPELLE CHAUSSEE
50 000 €
EARL TY LEZ
22210 COETLOGON
50 000 €
GAEC GALLOUEDEC
29410 ST THEGONNEC LOC EGUINER
50 000 €
GAEC LAURKAEL
35270 MEILLAC
50 000 €
GAEC LE DORZE
56500 PLUMELIN
50 000 €
GROUPEMENT AGRICOLE D’EXPLOITATION EN COMMUN GUILLAUME
22160 MAEL PESTIVIEN
50 000 €
LE GUYADER ERIC FRANCOIS
56240 BERNE
50 000 €
MAUDET BREIZH
56460 ST GUYOMARD
50 000 €
SARL DE KERICHEN
29250 PLOUGOULM
50 000 €

Objet de ces subventions : Investissements en bâtiment neuf en volailles de chair dans le cadre du plan volailles “bâtiment dynamique de 1200 m² et plus avec lumière naturelle” (prise en compte de l’opération à compter du 10/09/2019)

RAA 524 – Délibération n° : 19_0207_09

Cette pétition a déjà récolté plus de 75 000 signatures

Peut-être bientôt une de plus ?



Sélectionnez votre destinataire parmi les élus bretons si vous leur écrivez, n'hésitez pas à nous mettre en copie (contact@lobby-citoyen.org) :

"Cherchons une alternative aux fermes usines."


Les élus, comme n'importe quel.le citoyen.ne aiment savoir avec qui ielles échangent, donc n'oubliez pas d'indiquer vos noms et prénoms et éventuellement votre commune.
La politesse est souvent un bon moyen d'être écouté !

Par défaut, nous sommes en copie de votre message afin de pouvoir faire cesser les abus (très rare) que sont : le harcèlement, les insultes, les messages hors sujets. Nous ne pratiquons aucun contrôle à priori, ni filtrage. Les réponses que vous recevrez vous parviendront directement par mail ou par téléphone si avez mentionné votre numéro

Les éléments suivants seront ajoutés à votre message :

Ressources : 


N'oubliez pas de prendre connaissance des modalités de gestion de vos données inhérentes à l'utilisation de notre outil de courriel et de cocher la case :

(en gros cela nous donne le droit de vous envoyer notre newsletter, c'est pas souvent, c'est pour que vous puissiez participer à d'autres campagnes et c'est facile de se désabonner)

Gestion des données personnelles, durée de conservation et droit d'accès et de rectification

J'accepte la politique de gestion des données personnelles, la durée de conservation et je connais mes droits d'accès et de rectification de ces données